mais la douceur du vent
de ne plus être,
presque à contre-courant de rien,
on passe
comme au fil des moirures
et sans vitesse on est
                  porté, cela se peut,
par un pas même souffle

 

(début des années 90)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *